La Conférence Internationale sur les Villes d’Afrique se tiendra le 15 novembre prochain, de 9h à 17h, au ministère des Affaires étrangères

 

La croissance des villes, surtout en Afrique, est un sujet d’actualité d’une extrême importance. Selon les prévisions de l’Onu, plus de la moitié de la population africaine vivra dans des agglomérations urbaines à l’horizon 2050. C’est pourquoi une bonne gestion de l’urbanisation s’avère décisive pour le développement économique, social, environnemental et sécuritaire du continent.

La conférence, qui se veut un espace de débat et de confrontation sur les défis et les opportunités entraînés par les rapides processus d’urbanisation, verra la participation de ministres et maires africains, de chercheurs, d’architectes de renommée internationale et de représentants du secteur privé.

Insérée dans le cadre de l’Initiative Italie-Afrique en tant que rencontre à moyen terme entre la première et la seconde édition de la Conférence Ministérielle Italie-Afrique, ce rendez-vous vise à renforcer le partenariat réciproque et durable avec le continent africain en mettant l’accent tant sur les expériences africaines positives dont tirer des leçons utiles, que sur la contribution que l’Italie peut apporter au défi de la croissance urbaine des pays africains, dans un rapport d’échange bilatéral de réflexions et de pratiques.
 
La conférence débutera dans la matinée par une session plénière, dont les travaux seront inaugurés par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Angelino Alfano, et se poursuivra par trois sessions de travail parallèles, respectivement consacrées au Développement économique, aux Profils sociaux et environnementaux de la Viabilité et à la Promotion des processus institutionnels et sécuritaires. Les conclusions des trois groupes de travail seront présentées dans l’après-midi.
 
L’objectif est de confirmer l’intérêt et le regain d’attention de l’Italie vis-à-vis de l’Afrique, dans le plein respect de la souveraineté africaine et dans une optique de dialogue, en faisant de la gouvernabilité de l’urbanisation actuellement en cours sur le continent un domaine d’échange stratégique en vue de résultats durables et viables, conformément aux objectifs édictés dans l’Agenda 2030 et l’Agenda 2063, qui reconnaissent la paix, la sécurité et le développement comme trois aspects étroitement liés.